2020 a été l’année de la consécration du modèle marketplace et des stratégies omnicanales. 

Dans un contexte sanitaire inédit, de nombreuses industries se sont transformées pour s’adapter aux exigences de leurs clientèles et imposer de nouveaux standards technologiques. 

C’est également le cas du secteur agricole où on a vu de nombreux projets de transformation digitale se concrétiser.

Dernier exemple en date : Farmer Business Network, une coopérative américaine de plus de 16 000 agriculteurs, a levé 250 millions dollars pour développer son site e-commerce B2B et faciliter l’approvisionnement et la distribution de produits agricoles - fertilisants, herbicides, fongicides et insecticides. 

Un nom qui vient s’ajouter à une longue liste d’acteurs B2B qui ont fait de 2020 l’année du lancement de leurs marketplaces.

 

Le modèle marketplace appliqué à l’agriculture

Maykers, InVivo et Agriconomie ont lancé des projets de transformation digitale d’envergure en 2020.

Maykers a lancé sa marketplace pour faciliter l’achat et la distribution des produits agricoles - motoculture, tracteurs & pièces de véhicules. Lancée au Danemark, la plateforme réunit aujourd’hui plus d’une centaine de fournisseurs - parmi lesquels 3M, Kersia - et affiche plus de 40 000 références. Aujourd’hui, ce sont plus de 1 000 organisations agricoles (coopératives, indépendants…) qui se fournissent auprès des 250 marques présentes sur la plateforme. 

Les initiatives françaises ne sont pas en reste avec aladin.farm et Agriconomie qui proposent leurs propres marketplaces B2B. 

La première lancée par InVivo, la plus grande union de coopératives françaises, ambitionne de devenir l’Amazon de l’agriculture - les agriculteurs peuvent y trouver pièces détachées, engrais, biens d’équipements mais aussi des services financiers ou encore des assurances. “La marque aladin.farm est la troisième voie, celle de l’agriculture du futur. On regarde comment lui donner une dimension européenne voire au-delà.” explique Thierry Blandinières, directeur général. Numériser les biens et services traditionnellement vendus par les coopératives sur les circuits de distribution traditionnels en y appliquant le bio contrôle sont les grands chantiers du plan de transition agricole d’InVivo. 

La seconde, Agriconomie.com, lancée en 2014, s’affiche clairement comme une réponse à “un système d’approvisionnement oligopolistique verrouillé par une poignée de coopératives aux pratiques opaques.” comme le déclare Paolin Pascot, co-fondateur du site marchand qui propose près de 300 000 références - de la semence aux pièces détachées en passant par les vêtements professionnels). Aujourd’hui, ce sont plus de 55 000 clients qui viennent s’approvisionner sur cette marketplace.   

Pourquoi une marketplace ?

Le secteur agricole est bouleversé par des enjeux techniques et environnementaux inédits. Dans ce contexte, les marketplaces B2B offrent des avantages compétitifs clés à leurs clients : 

  • Un meilleur approvisionnement et réapprovisionnement : « J’ai commencé par commander un insecticide et depuis j’ai fait trois commandes, appuie Henri Surreaux, agriculteur à Blanzay dans la Vienne et utilisateur de la plateforme aladin.farm. C’est un vrai gain de temps.» L’expérience client est sublimée.
  • Les meilleurs prix du marché : « Après étude menée auprès de 400 de nos plus gros clients, on estime à 5.000,00 euros annuels l'économie moyenne générée par exploitation », note Paolin Pascot. Un avantage compétitif crucial en cette période de crise.

Et pour les concepteurs de ces places de marché en ligne, le modèle marketplace est un appui indispensable pour l'exécution de leur vision stratégique. Aladin, la marketplace d’InVivo, est l’arme principale d’InVivo pour assurer la transition agricole et alimentaire pensée dans un plan stratégique pour 2030. Pour Thierry Blandinière, l’objectif est d’organiser la mutation de l’agriculture en s'appuyant sur « le digital pour développer des solutions innovantes » et de « répondre aux attentes de la société en trouvant des alternatives plus écologiques ».

 

Quelles alternatives stratégiques pour votre stratégie digitale en 2021 ? 

Après une année 2020 record en e-commerce, 2021 s’annonce critique pour les acteurs B2B qui n’ont pas encore pris le virage de l’économie des plateformes. D’autant plus qu’en Europe, les poids lourds s’organisent : en Allemagne, BayWa - 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2019, 19 000 employés à travers le monde - a lancé Radimundi, marketplace qui donne aux agriculteurs la possibilité de vendre leurs produits directement sur leur site. 

En France, pour trouver trace d’une telle vitrine nationale pour producteurs locaux - et ils sont nombreux ! - il faut se tourner du côté de Chronopost et de sa marketplace Pourdebon et ses 400 producteurs.

A quand une coopérative Française qui prend ce sujet à bras-le-corps ?

 

Cet article a d'abord été publié sur Linkedin

 

Stéphane Bonacorsi

Written by Stéphane Bonacorsi

Team Leader Business Development

S’abonner au blog Mirakl

Ne manquez aucun article!